kayena

Escortés par la police : Saïfi et Meghni bloquent la circulation PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Dernière
Écrit par Hamza Rahmouni - KAYENA   
Mercredi, 30 Décembre 2009 23:46
AddThis Social Bookmark Button

Rafik Saïfi et Mourad Meghni ont effectué hier une visite à Alger, précisément à Soustara, fief de l'USMA.

Rafik Saïfi et Mourad Meghni ont effectué hier une visite à Alger, précisément à Soustara, fief de l'USMA. Le but ? Tourner un spot publicitaire en partenariat avec l'entreprise privée Soummam. L'attaquant d'Al Khor et le milieu de terrain de la Lazio de Rome ont créé un grand événement à Soustara, où il y avait une foule impressionnante sur les lieux venue saluer les deux joueurs et les suivre de près durant ce tournage, surtout qu'on est tout près de la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations qui aura lieu, janvier prochain, en Angola. Hier donc, à Soustara, tout le monde était en effervescence après la venue de Saïfi et Meghni. Personne d’ailleurs ne pensait un jour les voir d’aussi près.

Escortés par la police : Saïfi et Meghni bloquent la circulation

Ils ont atterri à l’aéroport à 12h
Rafik Saïfi et Mourad Meghni étaient en stage avec l'équipe nationale au Castellet en prévision de la Coupe d'Afrique des nations. Ils ont profité des deux jours de repos que leur a accordés le sélectionneur national, Rabah Saâdane pour regagner le pays. Ainsi, ils pourront passer la fin de l’année en famille et par la même rejoindre la capitale afin de tourner ce spot publicitaire. Ils ont pris l'avion donc hier matin de l'aéroport de Marignane de Marseille à destination d’Alger. Ils ont atterri à l'aéroport international Houari-Boumediène aux environs de midi.

13h, ils étaient au cœur  de Soustara
Il était 13h, lorsque les deux stars de l'équipe nationale, Mourad Meghni et Rafik Saïfi, étaient à Soustara, précisément à la rue Ourida-Meddad. Mais avant d'être à l'esplanade, ils ont fait un saut au centre de formation professionnelle Ourida-Meddad.

Une grande foule  à leur attente
Une fois à l'esplanade, Rafik Saïfi et Mourad Meghni étaient surpris car ils ne s'attendaient guère à cet accueil du public qui était, il faut le souligner, en force pour accueillir leurs coqueluches. Jeunes, femmes, vieux, vielles, enfants ont pris d'assaut les immeubles, les balcons et même les terrasses pour suivre cet événement inédit. En effet, c'est la première fois que deux grands noms du football algérien font un saut au célèbre et vieux quartier de Soustara.

Un dispositif de sécurité  impressionnant
Pour cette virée à Soustara, les autorités locales ont pris toutes leurs précautions pour éviter un quelconque dépassement. Il faut dire que le service d'ordre était présent en force depuis les premières heures de la journée d’hier. Il a en effet interdit tout stationnement de véhicules sur la route principale. Au niveau de la placette où se trouvaient nos deux internationaux, ils étaient en grand nombre. Ce qui a permis aux joueurs de tourner le spot publicitaire à l'aise.

«Allez les Rouges, allez les Rouges !» pour les taquiner
Juste après avoir fait son apparition au niveau de l’esplanade de Soustara, toute la foule a commencé à chanter : «Allez les Rouges, Kahla ou Hamra assimia !» C'était en effet un message à l’adresse de Rafik Saïfi et Mourad Meghni, les deux Mouloudéens, qui, par hasard, étaient dans le fief des Rouge et Noir. En dépit de leur amour pour le Mouloudia, notamment Saïfi qui a fait les beaux jours du plus prestigieux club de la capitale en 1999, ce qui lui a permis d'offrir le titre de champion d'Algérie au MCA après 20 ans de disette, ils étaient heureux de se retrouver parmi cette foule, car ce qui compte pour eux, c'est l'Algérie.

«Allaho Akbar Amar Ammour !»
Rafik Saïfi était taquiné un peu plus par les fans, puisqu’ils le connaissent parfaitement bien. Même s'il est actuellement à Bordj chez les Criquets, les Usmistes n'ont pas oublié leur ex-coqueluche Amar Ammour. Ils ont en effet commencé à scander : «Alaho Akbar Amar Ammour !» Rafik Saïfi leur a répondu par un large sourire, surtout qu'il a beaucoup d’estime pour Ammour, son ex-coéquipier en équipe nationale.

«Ya Saïfi, prends-moi en charge pour l'Angola»
La fièvre de la Coupe d'Afrique des nations a commencé depuis longtemps, ce n'est un secret pour tout le monde. Mais grande fut notre surprise lorsqu'au moment où Saïfi avait commencé le tournage du spot, un jeune supporter lui lança : «Ya Saïfi, yarham babak, paye-moi le voyage de l'Angola. Je me déplacerai là-bas pour soutenir les Verts.» Saïfi tout en souriant lui réplique : «Je te paye le voyage, où est le problème ? Après le tournage, donne-moi ton numéro de téléphone.» Ceux qui connaissent Saïfi disent qu’il a toujours été généreux et sensible.

«Diroulou l'hana, Saïfi dialna»
Au moment où le tournage s'est arrêté temporairement, la maquilleuse s'est dirigée vers Saïfi pour mieux soigner son maquillage. A ce moment-là, des supporters ont surpris la star d'Al Khor en chantant : «Diroulou l'hana, Saïfi dialan», la fameuse chanson traditionnelle qu'on chante lors des fêtes de mariage. Saïfi a éclaté de rires.

Meghni très ému
De son côté, Mourad Meghni, connu pour sa timidité, était très ému par cet accueil inattendu. Il a gardé le sourire durant tout le tournage. Il ne s’est pas empêché toutefois de saluer les nombreux supporters des Verts. Il était en tout cas très content.

Ils ont quitté Soustara  à 15h45
Nos deux internationaux sont restés à l'esplanade de Soustara durant presque trois heures, ils n’ont tourné qu’une partie du spot publicitaire, car c’était vraiment impossible de continuer le tournage vu le nombreux impressionnant de supporters présents sur les lieux. Néanmoins, ils étaient ravis de l'accueil qui leur a été réservé à Soustara, fief du traditionnel rival et voisin usmiste.

Le Buteur


 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Septembre 2018 > »
D L M M J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Images Aléatoires

ethnomusicologie-200.jpg

PROVERBE DU JOUR

Quand on commence à compter, on ne s'arrête plus. [PROVERBE ARABE]