kayena

L’inspecteur Tahar et l’apprenti : Hymne au terroir PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Evocation
Écrit par A. Zentar   
Dimanche, 22 Mai 2011 20:08
AddThis Social Bookmark Button

Quel inénarrable duo que ces deux monstres sacrés de la scène !

L’inspecteur Tahar et l’apprentiQuel inénarrable duo que ces deux monstres sacrés de la scène ! Nés et faits l’un pour l’autre, ils s’entendaient comme larrons en foire. Alors qu’a priori, tout les différenciait : la taille, le physique, voire même la personnalité. Mais c’est peut-être là, justement, tout le secret de leur réussite. Hadj Abderrahmane et Yahia Benmabrouk donc…

Pourfendeurs insatiables et impénitents du rigorisme et autres pesanteurs sociales, plutôt bons vivants, ces deux lascars nous auront fait rire, leur exercice durant, jusqu’aux larmes. Et au-delà des personnages qui déjà en soi étaient quelque part atypiques même s’ils n’ont pas inventé le duo, il fallait savoir prêter l’oreille à leurs réparties et à ce sens de l’essentiel, en ce qu’ils avaient le chic de tourner en bourrique tout ce qui respirait les convenances sociales, faux airs sentencieux et solennels, tout en se voulant des policiers pas tout à fait comme les autres… En sachant rester humains, avec tout ce que cet attribut « charrie » comme déchets, défauts, tics, réactions épidermiques et « dermiques », bref toute cette dimension si dérisoire et sans laquelle l’être ne serait qu’un vulgaire paquet de chair…Et dans leurs satires des mœurs sociales, on devinait sans peine, nos propres égarements doublés de turpitudes recommencées…

Alors on riait de bon cœur, à gorge déployée, avant de s’esclaffer devant tant de vérités qu’ils nous balançaient en pleine tronche sans coup férir, avant de s’incliner face à cet immense talent qui atteignait à l’universalité. Car le talent et fort heureusement au demeurant, n‘a ni religion, ni frontières. Et les deux compères passés hélas un peu trop tôt de vie à trépas, étaient tellement bourrés de talent (une denrée si rare et si rarissime de nos jours), qu’ils se suffisaient de rester eux-mêmes, dans toute leur nudité naturelle, de jouer et se jouer de tout, tout en réussissant à nous parler et nous interpeler avec des mots et des maux qui sonnaient bien de chez nous. Et qui faisaient mouche à chaque fois. Car puisés du vécu, du quotidien, de toutes ces choses de la vie dans lesquelles nous baignons et « frayons » d’une manière ou d’une autre. Et toutes catégories sinon strates sociales confondues. D’ailleurs et pour ne citer qu’une œuvre qui nous vient d’instinct à l’esprit « les vacances de l’inspecteur Tahar », reflètent à l’envie le génie de ce duo pas tout à fait comme les autres et qui fait largement la paire. Quel talent et quel classique que cette « expédition » en terre voisine hospitalière toute « sertie » de gags désopilants, de réparties croustillantes entre deux policiers rois de la dérision et qui en ont pris pour leur grade…

Sacré duo que l’’inspecteur dégingandé flanqué de son éternel et hilarant apprenti dont il serait peu de dire que leur talent « cosmique » les aura intronisés et fait admettre au Panthéon. De même que la traque de la fameuse « souris » et toutes les péripéties qui auront marqué cette œuvre majeure, ne sont pas près de s’estomper de la mémoire collective qui les conserve comme des reliques. Et pour cause ! Ceci est si vrai que des millions de téléspectateurs sont restés rivés au petit écran pour ne rien rater des « tribulations » de ce duo d’exception qui aura, de par un succès phénoménal, rapporté qui plus est à l’ère de la pensée unique, marqué d’une empreinte indélébile la mémoire collective. Avant que la perfide faucheuse ne vienne leur rappeler, dans la consternation générale, que pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes : des êtres bassement mortels. Mais quel vide sidéral tout de même que cette terrible disparition. Dur, dur vraiment que cette brutale séparation, ces rideaux baissés et ces volets clos…

EL MOUDJAHID



 

Commentaires  

 
+1 #1 3ravish 31-05-2011 07:45
Bah, c'était la vieille époque. Nostalgie quand tu nous tiens...
 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Octobre 2018 > »
D L M M J V S
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Images Aléatoires

air-algerie-logo-14.jpg

PROVERBE DU JOUR

Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. [PROVERBE FRANÇAIS]