kayena

J.-P. raffarin rassure sur la volonté de la france d’investir en algerie PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par F. A.   
Jeudi, 25 Novembre 2010 00:00
AddThis Social Bookmark Button

partenariat : le bon départ ?

partenariat : le bon départ ?Une douzaine de projets de partenariat industriel sont en cours de négociation entre des partenaires économiques algériens et français, a indiqué hier à Alger l’envoyé spécial du président français, Jean-Pierre Raffarin. En effet, J.- P. Raffarin a affirmé, au terme de pourparlers avec son homologue Mohammed Benmeradi, ministre de l’Industrie et de l’Investissement : «Nous avions identifié une douzaine de projets qui sont en discussion et qui relèvent de la confidentialité des partenaires.» Aucune précision n’a été donnée sur les secteurs concernés. Toutefois, M. Raffarin s’est limité à préciser qu’«ils sont créateurs d’emplois et de valeur ajoutée». L’envoyé spécial de Sarkozy s’est contenté de relever qu’«il y a des partenariats forts, mais nous voulons participer plus fort encore par le développement de projets, qui créent des emplois et de la valeur ajoutée et qui peuvent être un espoir pour les jeunes et à tous ceux qui veulent participer à l’avenir du pays». Il faut dire que la visite de J.- P. Raffarin en Algérie a été l’évènement clé pour donner un nouveau souffle au partenariat économique algéro-français. Dès son arrivée hier à Alger, le sénateur UMP a indiqué : «Nous voulons préparer l’avenir avec des projets industriels à long terme et avec une volonté de gagnant-gagnant, où chacun trouvera son propre intérêt.» M. Raffarin, chargé par l’Elysée d’une mission de coopération économique entre l’Algérie et la France, estimait que sa visite se veut d’abord «pour renforcer la coopération économique en tenant compte de leurs orientations législatives». «Il y a de la bonne volonté de part et d’autre et une volonté pragmatique pour préparer l’avenir dans des secteurs comme les assurances, la pharmacie, le transport, les mines et l’énergie», a-t-il encore noté.

Renault produirait 75 000 véhicules en Algérie à partir de 2012.
Le projet de montage de l’usine Renault en Algérie semble bien parti du fait que les négociations entre les deux parties ont levé les gros obstacles et les incertitudes. M. Raffarin a affirmé que «le dossier avance bien. Il y a eu des contacts importants, et Renault a redimensionné son projet et redéfini un certain nombre de caractéristiques». Selon le ministre algérien de l’Industrie, «le constructeur automobile français revient avec de nouvelles propositions et va s’impliquer davantage en Algérie avec des investissements directs».

Certes, «les détails de l’investissement ne sont pas encore arrêtés, mais le principe retenu lors des discussions entre les deux parties est d’arriver à produire 75 000 véhicules particuliers par an pour trois ou quatre modèles», a précisé le ministre Benmeradi qui ajoute que «si les négociations aboutissent, l’usine sera implantée sur les sites de la SNVI».

Le ministre souligne que «Renault va livrer ses véhicules au marché algérien d’ici à 2012». Cela dit, le ministre n’a pas omis de préciser : «Nous sommes loin de parvenir à un accord, nous allons poursuivre les négociations sur ce dossier.»

LE JEUNE INDEPENDANT
 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Novembre 2018 > »
D L M M J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

Images Aléatoires

khaled.nezzar.jpg

PROVERBE DU JOUR

Quiconque ira verra ; celui qui restera n'aura rien. [PROVERBE AFRICAIN]