kayena

FRONT SOCIAL PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Arezki SLIMANI   
Mardi, 29 Mars 2011 00:00
AddThis Social Bookmark Button

Qui souffle sur le brasier?

FRONT SOCIAL Qui souffle sur le brasier?L’autorité de l’Etat est indiscutable et non négociable, encore faut-il que cela se fasse avec un peu d’intelligence.

Situation paradoxale. Au moment même où les pouvoirs publics multiplient des mesures d’apaisement sociales de tout genre, voilà que des initiatives, des décisions à la limite de l’irresponsabilité viennent semer la discorde et ruinent tout l’effort des pouvoirs publics.

On croit savoir, dans ce sens, qu’une enquête serait diligentée par les services compétents pour identifier «les cercles» qui poussent au pourrissement de la situation et surtout déterminer à quels desseins obéissent ces actions. Les résultats de cette enquête, ajoutent nos sources, seront remis à qui de droit dans les plus brefs délais, et des têtes vont tomber!

Au moins deux principaux faits illustrent cette volonté sourde qui pousse à la création de foyers de tension. Jugeons-en: comment se fait-il que dans une situation de fragilité sociale, on entreprend de déloger les bidonvilles?
Et à 5 heures du matin, on ordonne de couper le courant électrique à de «misérables» citoyens et on fait intervenir la force publique pour les déloger? Vous l’aurez deviné, cela s’est passé au niveau de la capitale à Alger, plus précisément, au quartier Climat de France (Bab El Oued).
Les conséquences de cette action très maladroite, sont connues: des dizaines de blessés parmi les citoyens et dans les rangs des forces de l’ordre. Est-ce franchement le moment pour mener une action pareille? Certes, l’autorité de l’Etat est indiscutable et non négociable, encore faut-il que cela se fasse avec un peu d’intelligence.
Et puis là, il faut dire que la situation n’est pas aussi urgente qu’on peut le croire. Des émeutes ont éclaté, des policiers sont venus en renfort pour assurer l’opération de démolition du bidonville.
Une fillette de 7 mois est décédée. Les représentants des habitants de la cité ont dénoncé la réaction «disproportionnée» de la police: «Des agents ont procédé à des perquisitions sans mandat, dans des domiciles, à la recherche de jeunes manifestants, sans aucune considération pour les lois de la République.»

Un deuxième fait a eu lieu dans la wilaya de Béjaïa. Des arrêtés de fermeture ont été prononcés à l’encontre des exploitants de cabarets et discothèques de la ville côtière de Tichy pour une histoire de conformité à des dispositions en vigueur depuis 2005.
Depuis tout ce temps, on n’a rien voulu savoir. Depuis tout ce temps, on a fermé l’oeil, et il aura fallu cette période de fragilité pour qu’on se rappelle, enfin, que des exploitants exercent illégalement, pour qu’on se rappelle qu’il faut appliquer la loi! Et on passe à l’action sans réfléchir aux conséquences qui peuvent être d’une gravité inattendue.

Il n’est un secret pour personne que les grandes explosions sociales prennent naissance à partir de faits qui, de prime abord, paraissaient anodins et insignifiants.
Qui aurait imaginé qu’un jeune vendeur de fruits et légumes, dans un marché en Tunisie serait la cause du départ d’un chef de l’Etat? Mais apparemment, à Béjaïa, on ne semble pas mesurer la gravité de la situation sociale.
Des arrêtés de fermeture ont été envoyés dans la précipitation, y compris à ceux qui disposent d’un dossier pourtant bien ficelé au niveau de la Drag laquelle n’aurait même pas pris la peine de les étudier. Pari réussi.
Puisque les tenants de la morale n’ont pas tardé à réagir et de manière musclée. Le but est atteint. Fort heureusement, les services de sécurité ne sont pas intervenues, auquel cas, le scénario de Climat de France se serait reproduit à Béjaïa.

Hier, les opérateurs hôteliers de la côte Est menaçaient de fermer leurs établissements et de mettre par conséquent des milliers d’employés au chômage. Que comprendre devant cette situation si ce n’est qu’un clan pousse au pourrissement. Il existe bel et bien.
Les observateurs de la scène politique le relèvent. Ces gens agissent en exploitant des situations loin d’être urgentes face à la priorité de l’heure pour peut-être embraser le climat.
De nombreux observateurs se sont montrés hier perplexes face aux évolutions que rapporte au quotidien la presse nationale. On doute fort de la sincérité des mesures prises aussi bien à Oued Koriche qu’à Tichy.
Des mesures que la conjoncture est loin de justifier sauf «la volonté de nuire», pour reprendre les propos de ces opérateurs économiques de Béjaïa.

L'EXPRESSION
 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Septembre 2018 > »
D L M M J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Images Aléatoires

logo-sonatrach_200-13.jpg

PROVERBE DU JOUR

Qui couche avec des chiens se lève avec des puces. [PROVERBE FRANÇAIS]