kayena

Algérie-France et le vent de paix PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Zouhir MEBARKI   
Mercredi, 18 Décembre 2013 00:16
AddThis Social Bookmark Button


Algérie-France et le vent de paixLa troisième aura été la bonne. Des relations apaisées avec la France, le Président Bouteflika y a oeuvré dès son arrivée au pouvoir. La première fois, c'était avec Jacques Chirac à l'Elysée. A la visite d'Etat du Président algérien à Paris en juin 2000, a répondu celle du Président français en mars 2003. Dans l'intervalle, Chirac avait fait un rapide voyage en Algérie. C'était en décembre 2001. Accueil populaire triomphal à Bab El Oued où Chirac et Bouteflika s'étaient rendus après les inondations qui avaient fait un millier de morts, dans ce quartier de la capitale.

Tout le monde avait cru au dégel. Ceci est tellement vrai qu'il fut question d'un projet de traité d'amitié. C'était compter sans la capacité de nuisance des nostalgiques de l'Algérie française qui firent une queue de poisson au projet, avec la fameuse «loi du 23 février 2005». Arrive Nicolas Sarkozy en 2007 qui après son élection à la présidence française, débarque à Alger en lançant son «je ne suis pas venu présenter des excuses!». C'était à la limite de la provocation, sous les regards comblés de son ministre de «l'ingérence humanitaire» Bernard Kouchner qui l'accompagnait. Et de celui de son proche conseiller et futur ministre de la Défense, Gérard Longuet alias «bras d'honneur». Une période qui fut une parenthèse stérile. Pas seulement pour l'Algérie puisque les Français eux-mêmes ne voulaient plus «se payer» Sarkozy plus longtemps. Ils lui ont préféré François Hollande qui défend, avec ses tripes, les intérêts de la France. Dès son élection, le Président Bouteflika a repris son bâton de pèlerin pour relancer ce qui avait été interrompu à l'époque de Chirac et rendu impossible à celle de Sarkozy. Il trouve en François Hollande un chef d'Etat qui est animé par les mêmes convictions que lui. L'intérêt des deux pays que la géographie condamne à la mitoyenneté et qui exige la recherche des voies et moyens, pour sortir de l'enfermement de la rancoeur et de la haine. Sans renier l'Histoire qu'il faut, au contraire, creuser ensemble pour dire «plus jamais ça!». François Hollande l'a bien précisé lors de sa visite à Alger en décembre 2012. «Rien ne se construit sur des dissimulations, dans l'oubli ou le déni» avait-il déclaré. C'est à ce prix que le futur peut être préparé autrement. Apaisé. Solidaire. Mutuellement profitable. Une année après, le bilan est plutôt satisfaisant. Les relations entre l'Algérie et la France se réchauffent au même rythme que la sortie de crise en France. En sauts d'obstacles. Avec une courbe qui a tendance à s'inverser.

La visite du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à Alger avait un double but. Evaluer le travail accompli, une année après la décision politique des deux chefs d'Etat et lancer de nouveaux projets pour l'année à venir. Une année après et pour la première fois dans l'histoire des deux pays, une réunion du Comité intergouvernemental conjoint a été possible et s'est tenue à Alger. L'année prochaine, elle se tiendra à Paris. Quelle belle victoire! Car au-delà des neuf accords bilatéraux signés et des 43 partenariats économiques conclus, l'important est cette «belle dynamique qui est lancée», comme l'a si bien rappelé Sellal lors de la conférence de presse. Une dynamique qui autorisera dorénavant et chaque jour de nouveaux accords. Sans attendre la prochaine réunion d'évaluation. Il faut cependant rester lucides et ne pas croire que les résistances vont disparaître du jour au lendemain. C'est le vent de paix qui souffle sur la planète, qui les neutralise. Tous les signaux indiquent qu'il soufflera plus fort en 2014. Des lendemains qui chantent autant pour les Français que pour les Algériens. Ce qui ne doit pas, cependant, dispenser, les uns comme les autres, de garder l'oeil ouvert. Et le bon!

L'EXPRESSION   

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Novembre 2018 > »
D L M M J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

Images Aléatoires

omar-aktouf-2.jpg

PROVERBE DU JOUR

Ne dis pas tes peines à autrui; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit. [PROVERBE ARABE]