kayena

Mort de Abdelkader Bouhi : Un artiste emblématique de la ville de Béjaïa PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Djamel Alilat   
Mardi, 24 Juin 2014 14:54
AddThis Social Bookmark Button


Mort de Abdelkader Bouhi : Un artiste emblématique de la ville de BéjaïaAbdelkader Bouhi, chanteur bien connu et artiste emblématique de la ville de Béjaïa, est décédé dimanche en fin de journée à l’hôpital Khellil Amrane des suites d’une longue maladie. Le défunt était âgé de 57 ans et on le savait malade depuis quelque temps déjà.

Auteur d’une dizaine d’albums, Abdelkader Bouhi est l’interprète de l’immortel tube Andalats, andalats que grands et petits fredonnent sans vraiment savoir qu’il en est l’auteur tellement elle a été reprise. Il était un artiste très apprécié par le public, notamment de jeunes et de femmes qui se reconnaissaient dans ce style qu’il affectionnait tant et était un savant mélange de musique châabi et de sonorités espagnoles, notamment le flamenco.

Pétri de cette culture citadine typique de Vgayeth, sa ville natale, Abdelkader était un artiste de la vie avant toute chose. «Quand on écoute Bouhi, on ressent tout de suite l’âme de Bougie», dit de lui le chanteur Boudjemaâ Agraw, qui l’a longuement côtoyé et qui témoigne des bons souvenirs qu’ils ont vécus ensemble. «Pendant la décennie noire où beaucoup d’artistes s’étaient éclipsés, on avait animé beaucoup de galas ensemble dans les coins les plus reculés de la région pour appeler les gens à la résistance», nous a-t-il confié au téléphone. Abdelkader Bouhi a été enterré hier au cimetière Sidi Ahmed, en présence d’une foule nombreuse d’anonymes et d’artistes venus lui rendre un dernier hommage.

EL WATAN 
 

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Novembre 2018 > »
D L M M J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

Images Aléatoires

festi-tam_20123_img-715.jpg

PROVERBE DU JOUR

Ne dis pas tes peines à autrui; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit. [PROVERBE ARABE]