kayena

Les walis instruits de prendre en charge les migrants subsahariens PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Elwatan.com   
Mardi, 01 Juillet 2014 16:08
AddThis Social Bookmark Button


Les walis instruits de prendre en charge les migrants subsahariensLes autorités algériennes ont été critiquées au sujet du traitement et des condition d’accueils réservés à ces populations en détresse.

La ministre de la Solidarité, Mounia Meslem Si Amer, a annoncé ce mardi à Blida le lancement d’ « une action de solidarité » menée  conjointement avec le ministère de l'Intérieur et celui de la Santé « pour la  prise en charge des migrants issus du Mali et du Niger ».

Elle a affirmé que des « instructions ont été données à l'ensemble des walis pour consacrer, impérativement des espaces, au niveau de leurs circonscriptions respectives  pour la prise en charge de ces migrants ». L’inconvénient dans cette opération, a-t-elle dit, est lié au « refus de ces migrants de  se regrouper sur un seul site ». L'opération de solidarité devra profiter à des « milliers de personnes déplacées issues des Etats  du Sahel », a ajouté Mme Meslem, cité par APS.

L’Algérie est devenue ces dernières années la destination de nombreux migrants subsahariens qui fuient la guerre et la pauvreté dans la région du Sahel. Les autorités algériennes ont été critiquées, par des organisations gouvernementales et non gouvernementales, au sujet du traitement et des condition d’accueils réservés ces populations en détresse. Le département d’Etat américain parle dans son rapport 2014, de traite des humains et de cas de femmes et d’enfants subsahariens forcés à se prostituer en Algérie.
 
EL WATAN    
 

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Juillet 2018 > »
D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Images Aléatoires

03686006-225.jpg

PROVERBE DU JOUR

Les défauts sont semblables à une colline, vous escaladez la vôtre et vous ne voyez que ceux des autres. [PROVERBE AFRICAIN]