kayena

Le gouvernement décide d’une mise en œuvre rapide de plusieurs mesures d’amélioration PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Sihem Oubraham   
Dimanche, 19 Octobre 2014 19:04
AddThis Social Bookmark Button


Le Premier ministre préside une réunion interministérielle portant sur les revendications de la police

Le Premier ministre préside une réunion interministérielle portant sur les revendications de la policeUne mise en œuvre «rapide» de plusieurs mesures d'amélioration sur la rémunération, le logement, l'organisation et les conditions du travail, et la représentation des agents de la sûreté nationale, a été décidée à l'issue d'une réunion interministérielle, présidée hier à Alger par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

En matière de rémunération, la réunion qui a été consacrée à l'examen des questions liées à la situation socioprofessionnelle des fonctionnaires de la Sûreté nationale, a décidé la «confirmation de la mise en œuvre d'une indemnité au profit des agents de la Sûreté nationale, avec effet à compter du 1er novembre 2014», relève un communiqué du cabinet du Premier ministre. Il a été décidé aussi la «revalorisation de l'indemnité de zone, actuellement, servie aux agents de la Sûreté nationale avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2012, l'octroi d'une indemnité de déplacement collectif par agent de la Sûreté nationale effectuant des déplacements». Dans le même volet, il a été décidé l'«attribution de la prime de spécialisation (conducteur, etc.) et de la prise en charge de la restauration des unités constituées» ainsi que le «relèvement des niveaux des bourses accordées aux élèves stagiaires des écoles de formation de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN)». En matière de logement, une «attention particulière» sera accordée, selon le communiqué, pour la satisfaction des demandes des agents de la Sûreté nationale dans le cadre des dispositifs et programmes existants. Concernant l'organisation et les conditions de travail, il a été décidé «l'allègement du système de travail 3 fois 8 heures, le rapprochement des agents ayant des difficultés d'ordre social ou de santé de leur lieu de résidence, l'affectation des agents de la sûreté nationale à l'issue de leur stage au niveau des unités républicaines de sécurité pour une période de 3 à 5 ans maximum». Dans le même volet, il a été décidé la «validation des congés maladies des agents de la Sûreté nationale au niveau des unités par les médecins de l'unité, de garantir aux agents de la Sûreté nationale les conditions d'exercer pleinement leur mission sans entrave dans le strict respect des lois de la République, d'assurer la protection des agents de la Sûreté nationale dans l'exercice de leurs fonctions devant les juridictions avec l'assistance d'avocats conventionnés par la DGSN et l'examen des recours de réintégration des agents radiés qui n'ont pas fait l'objet de décision de justice». En matière de représentation des agents de la Sûreté nationale, il a été décidé d'«assurer la représentation des agents de la Sûreté nationale au niveau de toutes les commissions et organes de participation avec protection des représentants dans ces commissions et organes». Selon le communiqué, la réunion a recommandé aussi d'accorder une «attention particulière» aux difficultés rencontrées par les services de sécurité afin de leur permettre d'accomplir dans les meilleures conditions leur mission, conformément aux instructions du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Par ailleurs, il a été reconnu que les agents de la Sûreté nationale engagés pour la préservation de l'ordre public et de la protection des personnes et des biens, exercent leurs missions dans des conditions «contraignantes» et souvent «éprouvantes».

--------------------------------

Des mesures à la hauteur des aspirations des policiers
C’est un effort considérable que le gouvernement vient de consentir envers les éléments de la Sûreté nationale qui, il faut le dire, assument des missions pénibles et très sensibles. Un effort apprêté de mesures qui nécessitent des moyens importants sur le budget de l’État, et ce en vue d’améliorer les conditions socioprofessionnelles de ce corps de sécurité.
En effet, conformément aux instructions du Président de la République, la réunion interministérielle, tenue hier au siège du Premier ministère, a été entièrement consacrée à l’examen des questions liées à la situation du corps de la sécurité. Les mesures prises ont été à la hauteur des attentes et revendications des policiers, puisque le communiqué établi à l’issue de cette rencontre a fait état de la prise en charge des doléances exprimées. À cet effet, les membres du gouvernement, sous la présidence du Premier ministre, Abdelmalak Sellal, ont convenu qu’une attention particulière doit être accordée aux difficultés rencontrées par les services de sécurité afin de leur permettre d’accomplir dans les meilleures conditions leur mission. «Les agents de la Sûreté nationale engagés pour la préservation de l’ordre public et  la protection des personnes et des biens, exercent leur mission dans des conditions contraignantes et souvent éprouvantes», est-il mentionné dans ledit communiqué. En ce qui concerne la rémunération, il a décidé la «confirmation de la mise en œuvre d’une indemnité au profit des agents de la Sûreté nationale, avec effet à compter du 1er novembre 2014» et «une revalorisation de l’indemnité de zone, actuellement servie aux agents de la sûreté nationale avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2012». Il a été décidé l’octroi d’une indemnité de déplacement collectif par agent de la Sûreté nationale effectuant des déplacements et l’attribution de la prime de spécialisation (conducteur...) et de la prise en charge de la restauration des unités constituées ainsi qu’un relèvement des niveaux des bourses accordées aux élèves stagiaires des écoles de formation de la DGSN. En outre, une attention particulière sera accordée pour la satisfaction des demandes des agents de la Sûreté nationale dans le cadre des dispositifs et programmes existants en matière de logement. Par ailleurs, en matière d’organisation et de condition de travail, il a été décidé un «allègement du système de travail 3 fois 8 heures et rapprochement des agents ayant des difficultés d’ordre social ou de santé de leur lieux de résidence ; affectation des agents de la Sûreté nationale à l’issue de leur stage au niveau des unités républicaines de sécurité pour une période de 3 à 5 ans maximum et validation des congés maladies des agents de la Sûreté nationale au niveau des unités par les médecins de l’unité. Aussi, il a été convenu d’«assurer la protection des agents de la Sûreté nationale dans l’exercice de leurs fonctions devant les juridictions avec l’assistance d’avocats conventionnés par la DGSN». Sur le volet de représentation des agents de la sûreté nationale, il a été décidé d’«assurer la représentation des agents de Sûreté Nationale au niveau de toutes les commissions et organes de participation avec protection des représentants dans ces commissions et organes». Le communiqué du Premier ministère rappelle que «la suppression de l’article 87-bis qui interviendra en 2015 se traduira par des améliorations substantielles de certaines rémunérations ». Enfin, il a été également souligné le rôle important joué par les services de sécurité dans l’accomplissement des missions de sécurité et de protection des personnes et des biens avec un sens élevé du devoir et de la conscience professionnelle.

EL MOUDJAHID 

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Avril 2017 > »
D L M M J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Images Aléatoires

abdallah-mesbahi_200.jpg

PROVERBE DU JOUR

Même la pensée d'une fourmi peut toucher le ciel. [PROVERBE japonais]