Benchikha doit se donner les moyens pour y arriver Imprimer
Rubrique - Sport
Écrit par SAMIR LAMARI   
Lundi, 04 Avril 2011 00:00
AddThis Social Bookmark Button

L’EN a besoin d’un véritable projet de jeu

L’EN a besoin d’un véritable projet de jeuLa victoire salutaire de l’Algérie sur le Maroc n’a pas fait taire les critiques. S’ils sont nombreux parmi les observateurs à relever le caractère précieux du succès des Verts dans le sens où celui-ci les relance dans la course à la qualification pour la CAN-2012, ils sont tout aussi nombreux à en mette exergue que l’EN n’a pas pour autant produit une prestation de qualité. Si le résultat était au rendez-vous, le spectacle a en revanche brillé par son absence.
La faute à l’enjeu de la rencontre, dernière chance de l’EN de sauver sa peau ? Pas si sûr, affirment les mêmes observateurs, car le déficit de fond de jeu au sein de la sélection nationale ne date pas d’hier. Les Verts traînent cette tare depuis belle lurette, même si quelques embellies, à l’instar de celles contre la Côte-d’Ivoire ou contre l’Égypte à Blida, nous ont franchement bluffés.
En fait, tout se passe comme si cette équipe est condamnée à s’appuyer exclusivement sur une défense de roc et un esprit de guerriers pour assurer son avenir, alors que le football moderne nous montre plutôt que l’avenir appartient aux équipes qui privilégient le jeu et l’offensive. La démonstration nous a été du reste faite encore une fois lors du match contre le  Maroc, durant lequel les coéquipiers de Bouzid ont assuré l’essentiel au bout de cinq minutes de jeu avant de s’évertuer à défendre leur maigre acquis devant une formation marocaine en mal de réaction.

Benchikha est il en train d’imiter  Saâdane ?
Le coach national, Abdelhak Benchikha, a beau expliquer cette attitude ultradéfensive de l’EN par le souci de préserver le résultat, mais force est de reconnaître que cette équipe n’avait pas les moyens, sur le plan du jeu, de contenir la pression adverse. Quand on n’arrive pas à aligner trois passes consécutives durant toute la partie et qu’on abuse des longues balles,   le moins qu’on puisse dire est que cette sélection nationale ne s’est pas encore dotée d’un fond de jeu, d’un projet de jeu. Le jeu alerte à l’algérienne porté vers l’attaque est en train de s’estomper peu à peu, pour céder la place à une nouvelle marque déposée portant le sceau de Rabah Saâdane. Car, à vrai dire, entre la copie de Saâdane qui a travaillé avec les moyens du bord sans réellement chercher à faire progresser le jeu de l’EN et l’attitude timorée de Benchikha, il y a point de différence. On est même tenté de croire que Benchikha essaye de reproduire le même schéma avec une défense solide et un mental de fer pour mener les Verts à d’autres succès sans panache. En tout cas, pour l’heure, son empreinte n’est nullement visible. “J’ai besoin de temps pour doter de l’EN d’un fond de jeu, il faut que je travaille plus avec l’équipe, c’est une question de temps. L’EN sera plus performante à l’avenir”, promet Benchikha qui assure que “l’équipe sera plus captivante contre le Maroc, le 4 juin”.

Pour ce faire, comme l’a révélé dans ces mêmes colonnes le président de la FAF, M. Raouraoua, le staff des Verts compte organiser un stage consistant à l’étranger avant le match contre le Maroc. Il faut bien que ces regroupements servent à quelque chose autre qu’à mettre en place un schéma tactique stéréotypé qui ne nous mènera nulle part !

LIBERTÉ