kayena

Après l’humiliation de Marrakech : Faillite tactique inattendue PDF Imprimer Envoyer
Rubrique - Sport
Écrit par Slimane Mekhaldi envoyé spécial-Marrakech (Maroc)   
Lundi, 06 Juin 2011 00:00
AddThis Social Bookmark Button

Après cette défaite face au Maroc, les Verts ne sont plus maîtres de leur destin.

Après l’humiliation de Marrakech : Faillite tactique inattendueLa lourde défaite concédée par les Verts, samedi soir à Marrakech, face au Maroc, a été fatale aussi bien pour le groupe que pour les milliers de supporters ayant fait le déplacement ou les millions de téléspectateurs algériens qui ont suivi le match sur le petit écran.

L’équipe nationale a fait une chute vertigineuse en s’inclinant par 4 à 0, et tous les présents pointent du doigt le sélectionneur national, premier responsable de cette défaite historique.Benchikha a perdu la bataille tactiquement en optant, dès le départ, pour la prudence avec le renforcement du milieu de terrain. Malgré le «le bon départ», comme a tenté de justifier Benchikha en conférence de presse, l’équipe a vite flanché après le deuxième but de Merouane Chemakh. Avec un seul joueur en pointe, Rafik Djebbour (de surcroît diminué physiquement après sa blessure aux adducteurs), l’équipe n’était pas en mesure de faire la différence.

En jouant d’entrée avec cinq joueurs au milieu du terrain, Benchikha cherchait sans doute à limiter les dégâts ou décrocher un 0 à 0. En seconde mi-temps, il a tenté le tout pour le tout avec l’incorporation de Boudebouz et Matmour, puis Soudani, mais c’était sans compter sur la détermination et la bonne organisation des Lions de l’Atlas qui, profitant des espaces laissés et des erreurs de la défense, ont rajouté deux autres buts. En parlant de l’inefficacité de l’attaque et des erreurs défensives, Benchikha a-t-il aligné le meilleur onze ? Après la défaite, il reconnaît tout de même que certains joueurs avaient leur place parmi le onze de départ. On pense surtout à Bouzid, auteur d’une bonne prestation à Annaba. Avec sa grande taille, il était bien en mesure, comme à l’aller, de museler Chemakh qui a gagné tous les duels aériens.

La CAN s’éloigne

Avec du recul, l’on se demande si Benchikha était l’homme de la situation après la démission (forcée) de Saâdane. Huit mois après son intronisation, Benchikha n’a gagné qu’un seul match sur quatre (Luxembourg compris). Pis encore, puisque les Verts, forts de leur statut de mondialistes et tête de série du groupe D, se retrouvent à nouveau au creux de la vague et voient la CAN 2012 s’éloigner davantage.
Il ne reste que deux matches à jouer pour chaque équipe. Les Verts ne sont plus maîtres de leur destin. Ils devront d’abord gagner en déplacement en Tanzanie puis à domicile face à la Centrafrique, et attendre les résultats des autres candidats. Après la 4e journée, l’équipe nationale replonge à la dernière place et avec une différence de buts défavorable (-5). Il faudrait, donc, non seulement gagner les deux matches, mais aussi avec des scores lourds, ce qui est difficile pour une équipe qui souffre sur le plan offensif.

La nécessité de recruter une grosse pointure

Après cette lourde défaite, il est désormais plus que nécessaire pour l’Algérie de mettre le paquet pour le recrutement d’un entraîneur ayant une carte de visite sur le plan international pour espérer donner une autre dimension à cette jeune équipe qui a atteint ses limites sous l’ère Saâdane. La Fédération a les moyens (financiers) pour mettre la main sur un entraîneur d’envergure. Benchikha a démissionné hier après avoir échoué dans sa mission. Il ne faut surtout pas commettre les mêmes erreurs. A bon entendeur…

EL WATAN

Lire aussi : ILS ONT DIT
 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Juin 2019 > »
D L M M J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Images Aléatoires

19-gourcuff-dr_200_150.jpg

PROVERBE DU JOUR

Ce ne sont pas ceux qui savent le mieux parler qui ont les meilleures choses à dire. [PROVERBE CHINOIS]