kayena

3e journée, Groupe H, aujourd’hui (17h locales, 21h à Alger), à l’Aréna Baixada de Curitiba Algérie-Russie PDF Imprimer Envoyer
Rubrique - Sport
Écrit par M. Bouchama, A. Andaloussi et S. Sid   
Jeudi, 26 Juin 2014 01:20
AddThis Social Bookmark Button


Que la joie demeure !

Que la joie demeure !La fin d’un parcours et le début d’un autre. Algérie-Russie, aujourd’hui à Curitiba, retient le souffle de millions d’Algériens et, certainement, de Russes. Le «barrage», comme se plaît à le qualifier Coach Vahid, aura des conséquences sur le vainqueur et, bien évidemment, le vaincu.

Pour les supporters des Verts, la seconde nuit du doute aura lieu aujourd’hui. Quelques jours après avoir découvert que les hommes de Halilhodzic avaient quitté la terre, ce soir il s’agira pour ces mêmes footeux de superviser le ciel et voir si Feghouli et compagnie se rapprochent de la lune ou non. Un rêve vieux de 32 ans quand le complot germano-autrichien privait Assad, Belloumi et Madjer de franchir, pour leur premiers pas dans un tournoi mondial, la première phase pour contempler le reste des grandes nations du football, eux qui venaient de déjouer une équipe de la RFA trop peu respectueuse. Ce soir, l’Algérie saura si l’EN version Halilhodzic réussira là où beaucoup d’autres ont failli à leurs promesses.
90 minutes avant un bonheur inconjugable. Un moment que le football, seul, peut procurer. Mais voilà, le rêve a un prix. Le sacrifice et la souffrance des guerriers. De jeunes loups assoiffés qui vont devoir se lancer à la chasse de l’ours blanc de Russie. Un match qui vient au bon moment. La victoire des Algériens face à la Corée du Sud, samedi dernier, a redonné confiance à un groupe Algérie sans doute affecté par l’échec devant la Belgique. Une victoire éclatante qui a aussi ouvert les yeux aux adversaires de Medjani et Co.

Deux équipes, même combat
Désormais, les Verts ne constituent plus une surprise. Cette inconnue qu’on peut ignorer au risque de se faire démolir. Cet après-midi sur la pelouse de l’Aréna Baixada de Curitiba, Capello, qui n’a pas encore complètement oublié la leçon des hommes de Saâdane, en Afrique du Sud (2010) à Cape Town, descendra sur le terrain avec un carnet où chaque petit détail sur l’équipe d’Algérie est mentionné. Lui et ses joueurs ne voudront surtout pas manquer une chance, une seule, de vaincre et de poursuivre l’aventure dans cette compétition de préparation pour «leur» Coupe du monde, en 2018. Un objectif que les Russes n’ont pu réaliser lors de leur participation aux phases finales de 1994 (Etats-Unis) et de 2002 (Corée du Sud-Japon), sans oublier le fait que la Russie était absente aux tournois mondiaux de 1998, 2006 et 2010. En tout cas, le technicien ne manque pas d’ambitions ni d’atouts à faire valoir lors de cette finale du groupe H. Déjà lors de la conférence de presse, à l’issue du match perdu face aux Belges, Capello n’a pas manqué de remobiliser ses troupes en perspective du match de ce soir.
Son analyse du dernier rendez-vous devant les Diables rouges est singulière : «Je suis vraiment satisfait de la prestation de mon équipe, on a perdu mais on a eu beaucoup d’occasions. Il nous a manqué de la précision dans la dernière passe. C’est dommage mais je suis satisfait», dira-t-il en substance. Avant de poursuivre : «Je ne suis pas d’accord avec les critiques et les sifflets des spectateurs brésiliens, franchement. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’un excellent match, avec beaucoup d’intensité. Quand une équipe se crée autant d’occasions, ça veut dire qu’on monte en puissance et c’est encourageant pour la suite.»

Bataille tactique, guerre des mots
Et cette suite ne pourrait être qu’un bon résultat face aux Algériens dont l’entraîneur, Halilhodzic, saisit les opportunités pour rappeler à tout le monde, ses joueurs en premier, que le plus dur reste à faire. Lui qui a admis que ses joueurs manquaient de fraîcheur physique. «Ce sera le 3e match en 10 jours. Ça peut peut-être poser problème. Je vais réfléchir sur la fraîcheur de certains gars qui ne sont pas habitués à jouer des matchs de très haut niveau», a-t-il souligné, avançant qu’il se pourrait qu’il y ait de nouveaux changements dans le Onze de départ, cet après-midi à Curitiba.
Pour les joueurs, la mobilisation est à son extrême. Et la tension augmente avec l’approche du match. Mardi soir, à leur arrivée à l’hôtel Pestana, les camarades de Bouguerra, accueillis par des journalistes et des dizaines de fans algériens, ont préféré rentrer directement à leur lieu de résidence. Avec des visages serrés qui démontrent leur anxiété à la veille de cet historique rendez-vous face aux Russes. Une rencontre que les deux équipes n’ont pas eu suffisamment de temps de préparer. Les quelques séances prévues après la deuxième journée étaient réservées à la récupération. Ce n’est qu’hier, dans des stades limitrophes de l’Aréna Baixada, que les deux teams ont, loin des regards indiscrets, finalisé leur plan tactique. Un autre combat que Halilhodzic et Capello livreront pour entrer, chacun de son côté, dans l’histoire de leur sélection respective.

Le Soir d'Algérie

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Février 2018 > »
D L M M J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 1 2 3

Images Aléatoires

antique-cesaree.jpg

PROVERBE DU JOUR

Quand on commence à compter, on ne s'arrête plus. [PROVERBE ARABE]